Le trompe-l’œil, la vérité d’une illusion

Le trompe-l’œil, la vérité d’une illusion

Le trou dans le mur en trompe-l’œil n’est pas un concept nouveau loin s’en faut.

« Le trompe-l’œil est un genre pictural destiné à jouer sur la confusion de la perception du spectateur qui, sachant qu’il est devant un tableau, une surface plane peinte, est malgré tout, trompé sur les moyens d’obtenir cette illusion. » source wikipédia

Bref, un concept vieux comme l’art réaliste lui-même. L’idée de base de l’équipe est d’associer une prise de vue photo, d’un « trou » en brique, de papier ou autre lucarne stylisée et d’un système d’adhésif mural spécial.

La perspective doit prendre en compte le regard du spectateur, sa hauteur, la distance de celui-ci au trou. Ainsi l’illusion principale de profondeur découle du réalisme de la liaison du trou-mur. Le jeu d’ombre et de lumière comme effet de bord renforce la ruse du mirage. Cette fabrication de l’effet trompe-l’œil peut être accentuée par un élément de la photo similaire à l’épaisseur. Par exemple le toit du cabanon en tuiles romanes s’allie astucieusement avec l’épaisseur du trou « brique ».

Pour dégager une sensation d’espace, voire de liberté, la photo se doit d’intégrer des lignes de fuites, des premiers et arrières plans. Les flous de profondeur de champ (bokeh) sont à éviter, en effet le spectateur s’attend à voir loin et net dans l’horizon virtuel pour que l’illusion soir crédible.

Alors êtes-vous prêts à vous laisser conquérir par le jeu de l’optique, à l’élégance séduisante d’un art plus que centenaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *